Passer au contenu

/ Département des littératures de langue française

Rechercher

Experts en : 17e siècle

Beaulieu, Jean-Philippe

BEAULIEU, Jean-Philippe

Professeur titulaire

Professeur au Département des littératures de langue française depuis 1993, Jean-Philippe Beaulieu consacre l’essentiel de ses recherches à l’histoire de l’écriture des femmes. Il a signé des études sur Marguerite Yourcenar et Andrée Chedid, mais il s’est surtout concentré sur des figures du passé, telles Christine de Pizan, Marguerite de Navarre, Hélisenne de Crenne et Marie de Gournay. En tant que membre de l’équipe de recherche GARSE XVI, il étudie actuellement les pratiques rhétoriques dont témoignent les textes polémiques attribués à des femmes des XVIe et XVIIe siècles. En plus de se pencher sur le roman chevaleresque tardif et les formes narratives brèves de la Renaissance, il mène des travaux sur le roman historique et la bande dessinée.

Depuis plusieurs années, il est engagé dans diverses entreprises éditoriales : on lui doit notamment l’édition critique du Songe de madame Helisenne (1540), en collaboration avec Diane Desrosiers-Bonin (Honoré Champion, 2007), de même qu’une édition modernisée des Angoisses douloureuses et des Epistres d’Hélisenne de Crenne (Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2005 et 2008). Il a dirigé divers ouvrages collectifs : D’une écriture à l’autre. Les femmes et la traduction sous l’Ancien Régime(Presses de l’Université d’Ottawa, 2004) ; Hélisenne de Crenne. L’écriture et ses doubles(en collaboration avec Diane Desrosiers-Bonin, Honoré Champion, 2004). Parmi ses articles récents, on compte « Voix et présences de femmes : la relecture de l’histoire par Andrée Chedid » (Études françaises, vol. 40, 2004) et « Les femmes dans le labyrinthe du savoir : à la recherche du fil d’Ariane », dans Dix ans de recherche sur les femmes écrivains de l’Ancien Régime (2008).

Lire plus...

Profil complet

Beugnot, Bernard

BEUGNOT, Bernard

Professeur émérite

Spécialiste des auteurs du XVII e siècle français, Bernard Beugnot s'est rapidement imposé tant au Québec qu'à l'étranger. Poussé par une curiosité inlassable, il a parallèlement développé un goût marqué pour la littérature du XX e siècle. Pédagogue de talent, il a marqué des générations d'étudiants parmi lesquels on compte d'excellents spécialistes qui assurent la relève.

Bernard Beugnot a étudié les aspects les plus divers du XVII e siècle français. Il a non seulement travaillé tout au long de sa vie sur le thème de la retraite, mais ses études sur Guez de Balzac et Boileau font autorité. Parmi les auteurs du XX e siècle, il s'est attaché à l'œuvre d'Anouilh et de Francis Ponge. Spécialiste de l'édition critique, après avoir dirigé celle des œuvres d'Hubert Aquin, il a publié les œuvres complètes de Ponge dans la Bibliothèque de la Pléiade. Il a reçu plusieurs bourses et subventions de recherche, dont la prestigieuse bourse Killam, et une importante subvention pour l'édition des œuvres d'Hubert Aquin.

Son œuvre monumentale ne compte pas moins d'une vingtaine d'ouvrages et près de 150 articles publiés dans des actes, des dictionnaires, des mélanges et des périodiques tels que Australian Journal of French Studies (Melbourne), Études françaises (Montréal), Cahiers d'histoire des littératures romanes (Heidelberg), Études littéraires (Québec), Genesis (Paris), Œuvres et critiques (Tübingen), Revue des sciences humaines (Lille), Rivista di letterature moderne e comparate (Rome), Romanic Review (New York), Zeitschrift für französische Sprache und Literatur (Stuttgart). Ces ouvrages lui ont valu d'être accueilli par des universités de renom aussi bien en Europe qu'au Proche-Orient, que ce soit à titre de professeur ou d'invité d'honneur. Il a participé à 75 colloques, la plupart internationaux, et vu à la tenue de six colloques internationaux en France et au Québec.

Les mérites de Bernard Beugnot lui ont valu plusieurs distinctions, dont le Prix des sciences humaines de l'Association canadienne-française pour l'avancement des sciences. Il est membre de la Société royale du Canada, dont il a reçu la médaille Pierre-Chauveau, chevalier de l'Ordre national du mérite, chevalier des Palmes académiques et professeur émérite de l'Université de Montréal. Ses collègues ont publié un recueil d'essais en son honneur.

Lire plus...

Profil complet

BOVET, Jeanne

Professeure agrégée

Ses recherches principales portent sur l’inscription de la déclamation dans la dramaturgie classique (FQRSC, 2006-2009) et sur les rapports entre voix, texte et médias dans le théâtre du XXe siècle (CRSH, 2010-2014).  Membre fondateur du groupe international de recherche « Le son du théâtre/ Theatre Sound », elle a codirigé en 2011 avec Marie-Madeleine Mervant-Roux et Jean-Marc Larrue le numéro 201 « Voix Words Words Words » de la revue Théâtre/Public, et collabore étroitement au projet « ECHO [Ecrire l’Histoire de l’Oral] – L’émergence d’une oralité et d’une auralité modernes : mouvements du phonique dans l’image scénique (1950-2000) » (ANR, 2014-2017).  Elle est aussi codirectrice de L’Annuaire théâtral, revue québécoise d’études théâtrales subventionnée par le CRSH et actuellement basée à l’Université de Montréal.

Lire plus...

Profil complet

MÉCHOULAN, Éric

Professeur titulaire

Après un Ph.D. de théorie littéraire au Département de littérature comparée de l’Université de Montréal où il tentait de joindre des considérations esthétiques à des problèmes d’épistémologie (comme la question de la référence fictionnelle) et dont il a tiré divers articles parus dans PoétiqueDiogèneLittératureRevue de synthèse, etc., Éric Méchoulan a soutenu à la Sorbonne nouvelle un doctorat ès lettres sur le corps et la culture dans la littérature française du XVIIe siècle (dont une version abrégée est parue aux Éditions Balzac en 1999 sous le titre Le corps imprimé. Essai sur le silence en littérature). Profitant de diverses bourses postdoctorales (CRSH, Université de Siegen), il a passé quelques années en Angleterre et en Allemagne avant d’obtenir un poste de chercheur au King’s College (Université de Cambridge) où il a travaillé sur l’histoire littéraire, sur le concept de style, sur la mémoire et la culture. Professeur au Département des littératures de langue française depuis 1995, il a dirigé, sur la littérature d’Ancien régime, plusieurs groupes de recherche : «La topique de la vengeance », «Les discours de la morale», les « politiques de l'amitié ».

Il s'intéresse aussi à l'environnement numérique avec deux équipes de recherche : « Modèle d'une lecture hypertextuelle d'une pensée politique de Pascal » et « archiver à l'âge du numérique ». Ses recherches actuelles portent sur l’histoire matérielle des idées et les études intermédiales en proposant une « herméneutique des supports ». Il travaille, dans un aller-retour entre philosophie et histoire, à mieux comprendre l’institution de l’esthétique depuis les XVIIe et XVIIIe siècles et, en particulier, de ce que nous nommons «littérature». Il a été également Directeur de programme au Collège international de philosophie (Paris) et il dirige actuellement le Centre interdisciplinaire sur les technologies émergentes. Il a publié récemment Pour une histoire esthétique de la littérature (PUF, 2004), Le livre avalé. De la littérature entre mémoire et culture (PUM, 2004), Le Crépuscule des intellectuels : de la tyrannie de la clarté au délire d'interprétation (Nota bene, 2005), La Culture de la mémoire, ou comment se débarrasser du passé ? (PUM, 2008), D'où nous viennent nos idées ? Métaphysique et intermédialité(VLB, 2010), La Crise (du discours) économique: émancipation et travail immatériel (Nota bene, 2011). Il a fondé et dirigé jusqu’en 2006 la revue Intermédialités. Il est co-éditeur depuis 1996 de la revue américaine Sub-Stance

Lire plus...

Profil complet

SRIBNAI, Judith

Professeure adjointe

Judith Sribnai travaille sur la réappropriation du récit de conversion philosophique ou religieuse par le discours savant au XVIIe siècle, et plus particulièrement chez Pierre Gassendi.

Lire plus...

Profil complet