Passer au contenu

/ Département des littératures de langue française

Rechercher

Experts en : Intermédialité

HUGLO, Marie-Pascale

Professeure titulaire

Approche intermédiale du récit : relations entre narrativité et esthétique dans les littératures française et québecoise contemporaines.

Champs d'expertise

  • Formes narratives
  • Intermédialité
  • Littérature française
  • Littérature québécoise
  • Création littéraire
Lire plus...

Profil complet

Larrue, Jean-Marc

LARRUE, Jean-Marc

Professeur agrégé

Ses publications portent sur l’histoire du théâtre au Québec (modernité et période contemporaine) et sur l’intermédialité. L’avènement de l’électricité (fin XIXe siècle) et des technologies numériques (fin du XXe) ayant profondément transformé les pratiques théâtrales, il consacre l’essentiel de ses recherches, depuis une dizaine d’années, aux questions d’intermédialité, de performativité et de théâtralité : rapports du théâtre avec les autres médias et avec les technologies, phénomènes d’hybridation spectaculaire, etc. Il est l’auteur, notamment, de Le théâtre yiddish à Montréal (Éditions Jeu), Les Nuits de la « Main » (en collaboration avec André-G. Bourassa, VLB), Le Monument inattendu (HMH-Hurtubise), Le théâtre à Montréal à la fin du XIXe siècle (Fides), Le Théâtre au Québec – 1825-1980 (avec André-G. Bourassa et Gilbert David), Théâtre sans frontières – Theatre without Frontiers – Teatro sin fronteras (en collaboration avec Maria S. Horne et Claude Schumacher, AITU Press), Vies et morts de la création collective – Lives and Deaths of Collective Creation (en collaboration avec Jane Baldwin et Christiane Page, Vox Theatri).

Lire plus...

Profil complet

MÉCHOULAN, Éric

Professeur titulaire

Après un Ph.D. de théorie littéraire au Département de littérature comparée de l’Université de Montréal où il tentait de joindre des considérations esthétiques à des problèmes d’épistémologie (comme la question de la référence fictionnelle) et dont il a tiré divers articles parus dans PoétiqueDiogèneLittératureRevue de synthèse, etc., Éric Méchoulan a soutenu à la Sorbonne nouvelle un doctorat ès lettres sur le corps et la culture dans la littérature française du XVIIe siècle (dont une version abrégée est parue aux Éditions Balzac en 1999 sous le titre Le corps imprimé. Essai sur le silence en littérature). Profitant de diverses bourses postdoctorales (CRSH, Université de Siegen), il a passé quelques années en Angleterre et en Allemagne avant d’obtenir un poste de chercheur au King’s College (Université de Cambridge) où il a travaillé sur l’histoire littéraire, sur le concept de style, sur la mémoire et la culture. Professeur au Département des littératures de langue française depuis 1995, il a dirigé, sur la littérature d’Ancien régime, plusieurs groupes de recherche : «La topique de la vengeance », «Les discours de la morale», les « politiques de l'amitié ».

Il s'intéresse aussi à l'environnement numérique avec deux équipes de recherche : « Modèle d'une lecture hypertextuelle d'une pensée politique de Pascal » et « archiver à l'âge du numérique ». Ses recherches actuelles portent sur l’histoire matérielle des idées et les études intermédiales en proposant une « herméneutique des supports ». Il travaille, dans un aller-retour entre philosophie et histoire, à mieux comprendre l’institution de l’esthétique depuis les XVIIe et XVIIIe siècles et, en particulier, de ce que nous nommons «littérature». Il a été également Directeur de programme au Collège international de philosophie (Paris) et il dirige actuellement le Centre interdisciplinaire sur les technologies émergentes. Il a publié récemment Pour une histoire esthétique de la littérature (PUF, 2004), Le livre avalé. De la littérature entre mémoire et culture (PUM, 2004), Le Crépuscule des intellectuels : de la tyrannie de la clarté au délire d'interprétation (Nota bene, 2005), La Culture de la mémoire, ou comment se débarrasser du passé ? (PUM, 2008), D'où nous viennent nos idées ? Métaphysique et intermédialité(VLB, 2010), La Crise (du discours) économique: émancipation et travail immatériel (Nota bene, 2011). Il a fondé et dirigé jusqu’en 2006 la revue Intermédialités. Il est co-éditeur depuis 1996 de la revue américaine Sub-Stance

Lire plus...

Profil complet

OBERHUBER, Andrea

Professeure titulaire

La thèse de doctorat d'Andrea Oberhuber portait sur les Chanson(s) de femmes(s) : Entwicklung und Typologie des weiblichen Chansons in Frankreich, 1968-1993 et a été publiée en 1995 chez Erich Schmidt à Berlin. Après avoir été stagiaire postdoctorale à l’Institut für Romanistik (Université d’Innsbruck) où elle a élaboré une banque de données consacrée à l’histoire et à l’actualité de la chanson francophone au féminin des XIXe et XXe siècles, et maître de conférences au Centre d’études canadiennes, Andrea Oberhuber a été chercheuse invitée à l’Institut d’études canadiennes de l’Université d’Ottawa et chargée de cours à Ottawa et à Hull. Parmi ses publications comptent plusieurs collectifs, dont certains en codirection, et dossiers de revue : Sprache und Mythos – Mythos der Sprache (Bonn, Romanistischer Verlag, 1998); Claude Cahun : contexte, postures, filiation. Pour une esthétique de l’entre-deux (Département des littératures de langue française, coll. « Paragraphes », 2007); Jeux de masques : les femmes et le travestissement textuel, 1500-1940 (Saint-Étienne, PUSE, 2011) ; L’ère électrique / The Electric Age (Ottawa, PUO, 2011); « Réécrire au féminin : pratiques, modalités, enjeux » (Études françaises, 2004); « Voir le texte, lire l’image » (Dalhousie French Studies, 2009); « À belles mains. Livre surréaliste, livre d’artiste » (Mélusine, 2012). Elle a par ailleurs publié de nombreux articles dans le domaine des gender studies, de l’intermédialité, de la cantologie, du transfert culturel et de la photolittérature. Andrea Oberhuber est également critique littéraire pour diverses revues et correspondante pour le Bulletin des Archivs für Textmusikforschung. Depuis l’hiver 2012, elle explore le domaine de l’exposition, nouvelle expérience dont témoignent « Du livre illustré au livre d’artiste. Pour une tactilecture de l’objet livre » et « Les Éditions Gallimard : 1911-2011. Un siècle d’édition ».

À l’automne 2012 est paru chez Nota bene, dans la collection « Nouveaux Essais Spirale », l'essai Corps de papier. Résonances composé d’études sur cinq femmes auteurs (Claire de Duras, Claude Cahun, Leonora Carrington, Unica Zürn, Élise Turcotte), de textes de fiction et de collages. Elle a codirigé les collectifs Fictions modernistes du masculin-féminin: 1900-1940 (PUR, 2016) et Héritages partagés de Claude Cahun et Marcel Moore, du XIXe au XXIe siècles. Symbolisme, modernisme, surréalisme, postérité contemporainecahun-moore.com/collectif-heritages-partages-de-claude-cahun-et-marcel-moore/ (2016).

Avec Catherine Mavrikakis, elle codirige la revue numérique MuseMedusa, et avec Alexandra Arvisais, elle co-anime le site "Héritages de Claude Cahun et Marcel Moore".

Lire plus...

Profil complet

Vitali-Rosati, Marcello

VITALI-ROSATI, Marcello

Professeur agrégé

Marcello Vitali-Rosati mène une réflexion philosophique sur les enjeux des technologies numériques : la notion d’identité virtuelle, le concept d’auteur à l’ère d’Internet, et les formes de production, publication et diffusion des contenus en ligne.

Champs d'expertise

  • Culture numérique
  • Littérature et philosophie
  • Digital Humanities
  • Nouvelles formes d'éditorialisation
Lire plus...

Profil complet