Passer au contenu

/ Département des littératures de langue française

Je donne

Rechercher

Experts en : Écriture des femmes

BASTIEN, Catherine

Doctorante

Titre de la thèse : Nous partirons ensemble, suivi de Mauvaises mères et autres marâtres : care et anti-care maternel dans la littérature francophone contemporaine
Directrices : Catherine Mavrikakis et Andrea Oberhuber

Lire plus…

Profil complet

Beaulieu, Jean-Philippe

BEAULIEU, Jean-Philippe

Professeur honoraire

Professeur au Département des littératures de langue française depuis 1993, Jean-Philippe Beaulieu consacre l’essentiel de ses recherches à l’histoire de l’écriture des femmes. Il a signé des études sur Marguerite Yourcenar et Andrée Chedid, mais il s’est surtout concentré sur des figures du passé, telles Christine de Pizan, Marguerite de Navarre, Hélisenne de Crenne et Marie de Gournay. En tant que membre de l’équipe de recherche GARSE XVI, il étudie actuellement les pratiques rhétoriques dont témoignent les textes polémiques attribués à des femmes des XVIe et XVIIe siècles. En plus de se pencher sur le roman chevaleresque tardif et les formes narratives brèves de la Renaissance, il mène des travaux sur le roman historique et la bande dessinée.

Depuis plusieurs années, il est engagé dans diverses entreprises éditoriales : on lui doit notamment l’édition critique du Songe de madame Helisenne (1540), en collaboration avec Diane Desrosiers-Bonin (Honoré Champion, 2007), de même qu’une édition modernisée des Angoisses douloureuses et des Epistres d’Hélisenne de Crenne (Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2005 et 2008). Il a dirigé divers ouvrages collectifs : D’une écriture à l’autre. Les femmes et la traduction sous l’Ancien Régime (Presses de l’Université d’Ottawa, 2004) ; Hélisenne de Crenne. L’écriture et ses doubles(en collaboration avec Diane Desrosiers-Bonin, Honoré Champion, 2004). Parmi ses articles récents, on compte « Voix et présences de femmes : la relecture de l’histoire par Andrée Chedid » (Études françaises, vol. 40, 2004) et « Les femmes dans le labyrinthe du savoir : à la recherche du fil d’Ariane », dans Dix ans de recherche sur les femmes écrivains de l’Ancien Régime (2008).

Lire plus…

Profil complet

Cornet, Sarah

CORNET, Sarah

Doctorante

Le XXe siècle et notamment la première moitié de ce dernier connait de drastiques changements au sein de la sphère littéraire française. Laboratoire ou conservatoire, les productions littéraires et les débats qui en découlent abondent de toute part, chaque auteur cherchant à faire de sa conception littéraire, la conception de la littérature à adopter au cours du siècle à venir. Bien que minoritaire, la conception de la littérature tel un conservatoire connait une résurgence notamment à travers le choix de l'esthétique classique. Ainsi, les auteurs de la première moitié du XXe siècle qui ont recours à ce style prétendent s'ériger en tant que dignes héritiers des auteurs classiques du XVIIe siècle, dont l'esthétique dessert avant tout une règle primordiale : la bienséance. Ne pas heurter la morale des lecteurs et des spectateurs, voilà l'impératif majeur auquel doivent se plier les auteurs du Grand Siècle. Les auteurs de notre corpus semblent s'en inspirer et prônent en conséquence une esthétique plus rigoureuse, en opposition à ce qu'ils assimilent à un relâchement esthétique. Cependant, le recours à ce style ne relève-t-il pas de l'ordre de l'autocensure pour ces écrivains du XXe siècle ou bien cache-t-il un dessein différent de celui que pouvaient avoir les auteurs du XVIIe siècle ? Le rapport entre le choix de l'esthétique et la morale est d'autant plus important que les œuvres de notre corpus sont pour la plupart des récits autodiégétiques au sein desquels la notion de vérité possède une importance primordiale. L'esthétique classique serait donc une manière pour les auteurs comme pour les personnages-écrivants d'assurer respectivement la décence et l'honnêteté de leur récit. Le style classique sert-il alors uniquement de garde-fou à nos narrateurs afin de les maintenir sur le droit chemin de la Vérité ou est-il possible d'envisager une autre interprétation ? En effet, il nous a paru réducteur de s'en tenir à cet idéal ; si nous faisons jouer l'hypothèse de la mauvaise foi des narrateurs, nous mettrons mieux en évidence la contradiction inhérente aux œuvres du corpus : le recours au style classique sert moins à exprimer la Vérité qu'à produire un faux semblant de vérité idéale et illusoire, censé convenir à tous, aux narrateurs autant qu'aux destinataires. Le lecteur aussi bien novice qu'avisé est donc tenté de lire cet ouvrage comme une confession de bonne foi, et c'est bien là que réside tout l'intérêt de notre approche. Ainsi, il s'agira donc au sein de nos recherches d'analyser la question de la mauvaise foi à travers le prisme formel afin d'en identifier les stratégies esthétiques mises en œuvre au sein des différents ouvrages.

Lire plus…

Profil complet

Flipot Meunier, Gabrielle

FLIPOT MEUNIER, Gabrielle

Doctorante

Titre de la thèse : Postures du devenir-femme : la figure de la jeune fille dans la littérature contemporaine des femmes (1975 à aujourd'hui)
Directrices : Andrea Oberhuber (UdeM)

Mon projet s’intéresse aux figures d’adolescentes dans les récits écrits par des femmes de 1975 à aujourd’hui. Il s’agit d’interroger la mise en récit de la construction d’une identité féminine et de réfléchir aux postures adoptées par ces personnages de jeunes filles dans leur passage d’un âge à un autre alors qu’elles négocient avec un nouvel ensemble de normes et de modèles, tentant tantôt de s’y conformer, tantôt de s’y soustraire ou d’y résister. Dans ces récits d’apprentissage (ou de refus d’un apprentissage) au féminin, je m’intéresse particulièrement aux modalités d’écriture du corps en transformation (et sous surveillance) et de l’initiation à la sexualité, ainsi qu’à la question de l’amitié féminine, qui occupe une place centrale dans plusieurs œuvres du corpus à l’étude. Je me penche également sur les manifestations scripturaires de la honte et la colère, affects emblématiques de l’adolescence mais faisant également l’objet de nombreuses réflexions féministes contemporaines, en voyant comment l’adolescente pensée comme figure de l’inachèvement peut se montrer subversive lorsqu’elle s’écarte de la trajectoire prévue pour elle.

Lire plus…

Profil complet

GAUTHIER, Sarah

Doctorante

Titre de la thèse : L'esthétique du glitch dans la poésie québécoise contemporaine écrite par des fxmmes, 2014 à 2024 (recherche-création)
Directrice : Catherine Mavrikakis

Lire plus…

Profil complet

Huchon, Cassandre

HUCHON, Cassandre

Doctorant, Chargé de cours

Titre de la thèse : Les Mots pour la redire : relecture critique et génétique de l'oeuvre de Marie Cardinal
Directrices : Stéphanie Bernier (UdeM) et Catherine Mariette (Université Grenoble Alpes)

Ma thèse Les Mots pour la redire : relecture critique et génétique de l'oeuvre de Marie Cardinal interroge la poétique cardinalienne à partir de documents inédits d'archive conservés aux Archives nationales du Québec (AnQ) à Montréal. Je propose ainsi une relecture de l'ensemble de son oeuvre à l'aide d'outils critique récents tels que la question du genre (gender) ou la génétique littéraire, que j'articule dans mon analyse afin d'interroger l'émergence d'un sujet "féminin" écrivant dans la création.

Lire plus…

Profil complet

Millot, Pascale

MILLOT, Pascale

Doctorante

Titre de la thèse : Ma mère et Sontag suivi de Écrire avec: un abécédaire de l'accompagnement en littérature
Directrices : Catherine Mavrikakis (UdeM) et Maïté Snauwaert (Université de l'Alberta)

Ma thèse de doctorat en recherche-création porte sur les notions d’accompagnement et de soin en littérature. Le volet création consiste en une autothéorie à la fois intime et analytique sur la vie de ma mère et la vie et l’œuvre de Susan Sontag. Cette forme, entre l'essai et la fiction, me permet de réfléchir aux notions de maladie, de soin, de souffrance physique, de mémoire et de transmission filiale. Dans le volet étude (ou essai) j’étudie des récits qui rendent compte et performent dans l'œuvre une relation d’accompagnement (thérapeutique, amoureuse, post mortem, littéraire, etc.) entre un narrateur-auteur et un autre « personnage » (mère, fils, ami, amoureux, idole, etc.), notamment en regard du concept de voix. Mon cadre théorique emprunte aux éthiques du care qui privilégient le souci de l’autre au sein d’une « relation vivante à autrui » ancrée dans un contexte concret et un rapport d’interlocution. Cette approche s’attache à prendre en compte celles et ceux qui ne sont habituellement pas entendu.e.s. tout autant que la vulnérabilité d’autrui comprise non pas comme une donnée exceptionnelle, mais intrinsèque et commune à tous les êtres humains.

Lire plus…

Profil complet

NDIAYE, Christiane

Professeure associée

Christiane Ndiaye a fait ses études à l’Université de Bordeaux III et à l’Université de Montréal. Son enseignement et ses recherches portent principalement sur les littératures francophones des Caraïbes, de l’Afrique subsaharienne et du Maghreb. S’inspirant, entre autres, des travaux de Mikhaïl Bakhtine, Roland Barthes, Marc Angenot, A.J. Greimas et Édouard Glissant, son approche théorique se situe à la croisée de la sémiotique, de la sociocritique, de la nouvelle rhétorique et de la poétique des genres. C’est la dimension discursive des œuvres littéraires et les langages élaborés par les écrivains à travers la textualisation des discours sociaux qui ont le plus souvent retenu son attention. Au fil des ans, ses recherches ont ainsi porté plus particulièrement sur les parcours figuratifs du roman africain, les discours de réception des littératures francophones, l’écriture des femmes, les enjeux des genres populaires, le roman sentimental des Caraïbes, l’humour en littérature francophone et le genre littéraire haïtien de «l’audience», ainsi que l’histoire de la littéraire haïtienne depuis le XIXe siècle. Dans le souci du développement des études francophones, Christiane Ndiaye a participé par ailleurs, au cours de sa carrière, à des projets d’échange avec plusieurs pays francophones, dont le Sénégal, le Bénin, la Côte d’Ivoire et Haïti, et elle est membre des associations professionnelles qui s’intéressent à l’avancement des études littéraires africaines et caribéennes (ALA, APELA, HSA) et au renouveau des études littéraires en général (CRIST). Elle est actuellement chercheur principal du projet de recherche collectif intitulé Pour le peuple, par le peuple ou contre le peuple : l'imaginaire social du peuple dans les littératures francophones.

Lire plus…

Profil complet

OBERHUBER, Andrea

Professeure titulaire

La thèse de doctorat d'Andrea Oberhuber portait sur les Chanson(s) de femmes(s) : Entwicklung und Typologie des weiblichen Chansons in Frankreich, 1968-1993 et a été publiée en 1995 chez Erich Schmidt à Berlin. Après avoir été stagiaire postdoctorale à l’Institut für Romanistik (Université d’Innsbruck) où elle a élaboré une banque de données consacrée à l’histoire et à l’actualité de la chanson francophone au féminin des XIXe et XXe siècles, et maître de conférences au Centre d’études canadiennes, Andrea Oberhuber a été chercheuse invitée à l’Institut d’études canadiennes de l’Université d’Ottawa et chargée de cours à Ottawa et à Hull. Parmi ses publications comptent plusieurs collectifs, dont certains en codirection, et dossiers de revue : Sprache und Mythos – Mythos der Sprache (Bonn, Romanistischer Verlag, 1998); Claude Cahun : contexte, postures, filiation. Pour une esthétique de l’entre-deux (Département des littératures de langue française, coll. « Paragraphes », 2007); Jeux de masques : les femmes et le travestissement textuel, 1500-1940 (Saint-Étienne, PUSE, 2011) ; L’ère électrique / The Electric Age (Ottawa, PUO, 2011); « Réécrire au féminin : pratiques, modalités, enjeux » (Études françaises, 2004); « Voir le texte, lire l’image » (Dalhousie French Studies, 2009); « À belles mains. Livre surréaliste, livre d’artiste » (Mélusine, 2012). Elle a par ailleurs publié de nombreux articles dans le domaine des gender studies, de l’intermédialité, de la cantologie, du transfert culturel et de la photolittérature. Andrea Oberhuber est également critique littéraire pour diverses revues et correspondante pour le Bulletin des Archivs für Textmusikforschung. Depuis l’hiver 2012, elle explore le domaine de l’exposition, nouvelle expérience dont témoignent « Du livre illustré au livre d’artiste. Pour une tactilecture de l’objet livre » et « Les Éditions Gallimard : 1911-2011. Un siècle d’édition ».

À l’automne 2012 est paru chez Nota bene, dans la collection « Nouveaux Essais Spirale », l'essai Corps de papier. Résonances composé d’études sur cinq femmes auteurs (Claire de Duras, Claude Cahun, Leonora Carrington, Unica Zürn, Élise Turcotte), de textes de fiction et de collages. Elle a codirigé les collectifs Fictions modernistes du masculin-féminin: 1900-1940 (PUR, 2016) et Héritages partagés de Claude Cahun et Marcel Moore, du XIXe au XXIe siècles. Symbolisme, modernisme, surréalisme, postérité contemporainecahun-moore.com/collectif-heritages-partages-de-claude-cahun-et-marcel-moore/ (2016).

Avec Catherine Mavrikakis, elle codirige la revue numérique MuseMedusa, et avec Alexandra Arvisais, elle co-anime le site "Héritages de Claude Cahun et Marcel Moore".

Lire plus…

Profil complet

PIERRE, Emeline

Professeure adjointe

  • Littérature des Caraïbes
  • Polar
  • Écocritique
  • Écriture des femmes
  • Littérature maghrébine
  • Création littéraire
Lire plus…

Profil complet

Pierssens, Michel

PIERSSENS, Michel

Professeur émérite

Il a codirigé un groupe de recherche (CRSH) sur «Savoirs et littératures» et il a organisé sur ce thème un colloque international («Epistémocritique et cognition») dont les Actes ont paru en France et aux États-Unis. Il a codirigé le programme de recherche CRSH conjoint Université de Montréal-Université de Toronto sur le XIXe siècle et collaboré aux travaux des groupes de recherche «Archives de la création» (Paris, Centre national de la recherche scientifique [CNRS]), «L’encyclopédie» (Paris-8 et Institut Koyré d’histoire des sciences), «La science face à l’occulte» (CNRS et Cité des sciences, La Villette). Il collabore aux programmes de recherche en cours «Menlo Park» (Fonds québécois de recherche sur la société et la culture [FQRSC]), «L’électricité» (Centre de recherche sur l’intermédialité [CRI], Université de Montréal) et «Euterpe : la poésie scientifique» (Agence nationale de la recherche, Paris III, École normale supérieure), partenaire de son propre projet de recherche sur la Poésie scientifique (CRSH). Il a organisé sur ce thème en 2010 à la BanQ un colloque international dont les actes paraîtront en 2012.

Il a également co-organisé en 2011 un colloque international sur les «Mutations des Avant-gardes» dans le cadre des Entretiens Jacques-Cartier. Le portail électronique qu’il a fondé, www.epistemocritique.org, consacré à l’actualité des recherches sur la littérature et les savoirs, est en ligne depuis 2007 et celui qu’il consacre à Lautréamont (www.maldoror.org) depuis 1998. Ses cours et séminaires traitent de la littérature française (roman, poésie, théâtre) dans le contexte de l’histoire culturelle des XIXe et XXe siècles, jusqu’aux années vingt.

Son nouveau projet de recherche (CRSH 2012-2015) porte sur les Savoirs des Femmes en France dans la littérature et la société fin-de-siècle.

Lire plus…

Profil complet