Passer au contenu

/ Département des littératures de langue française

Rechercher

Experts en : Récits historiques

Beaulieu, Jean-Philippe

BEAULIEU, Jean-Philippe

Professeur titulaire

Professeur au Département des littératures de langue française depuis 1993, Jean-Philippe Beaulieu consacre l’essentiel de ses recherches à l’histoire de l’écriture des femmes. Il a signé des études sur Marguerite Yourcenar et Andrée Chedid, mais il s’est surtout concentré sur des figures du passé, telles Christine de Pizan, Marguerite de Navarre, Hélisenne de Crenne et Marie de Gournay. En tant que membre de l’équipe de recherche GARSE XVI, il étudie actuellement les pratiques rhétoriques dont témoignent les textes polémiques attribués à des femmes des XVIe et XVIIe siècles. En plus de se pencher sur le roman chevaleresque tardif et les formes narratives brèves de la Renaissance, il mène des travaux sur le roman historique et la bande dessinée.

Depuis plusieurs années, il est engagé dans diverses entreprises éditoriales : on lui doit notamment l’édition critique du Songe de madame Helisenne (1540), en collaboration avec Diane Desrosiers-Bonin (Honoré Champion, 2007), de même qu’une édition modernisée des Angoisses douloureuses et des Epistres d’Hélisenne de Crenne (Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2005 et 2008). Il a dirigé divers ouvrages collectifs : D’une écriture à l’autre. Les femmes et la traduction sous l’Ancien Régime (Presses de l’Université d’Ottawa, 2004) ; Hélisenne de Crenne. L’écriture et ses doubles(en collaboration avec Diane Desrosiers-Bonin, Honoré Champion, 2004). Parmi ses articles récents, on compte « Voix et présences de femmes : la relecture de l’histoire par Andrée Chedid » (Études françaises, vol. 40, 2004) et « Les femmes dans le labyrinthe du savoir : à la recherche du fil d’Ariane », dans Dix ans de recherche sur les femmes écrivains de l’Ancien Régime (2008).

Lire plus…

Profil complet

Cambron, Micheline

CAMBRON, Micheline

Professeure honoraire

Spécialiste de la littérature québécoise des XIXe et XXe siècles, ses enseignements ont porté sur la littérature québécoise (Anne HébertLittérature québécoise du XIXe siècle) et les questions d’épistémologie littéraire (Anthropologie et littératureThéories et méthodes critiques, Littérature, culture et médias, Questions d’histoire littéraires). Elle a dirigé les séminairesDu populaire et du vernaculaire dans la littérature québécoise (1840-1970), Presse et vie culturelle au Québec, Questions d’histoire littéraire québécoise, L’utopie au Québec et le Séminaire de méthodologie, sans négliger pour autant l’initiation à la lecture littéraire (Études de textes). Parallèlement, de 1999 à 2002, elle a assuré la mise en place des activités liées à l’enseignement de la littérature au collégial au Département des littératures de langue française (séminaires Former des lecteurs et Relire et enseigner et stages dans les cégeps). Elle a dirigé plus de 30 mémoires et 12 thèses ont été soutenues sous sa direction ou sa codirection, dont 4 ont été publiées et 3 sont sous presse.

Adossée aux travaux de Paul Ricœur et de Fernand Dumont, Micheline Cambron aborde les œuvres dans la perspective du récit considéré comme outil heuristique. Ses activités de recherche ont principalement porté sur les formes de l’utopie, les relations entre presse et littérature et les questions d’histoire littéraire et culturelle (archives, récits, lecture et non-lecture) et l'épistémologie des sciences humaines. Depuis 2006, elle codirige, avec Denis Saint-Jacques et Lucie Robert, l'équipe interdisciplinaire, Penser l’histoire de la vie culturelle.

Lire plus…

Profil complet